Les ressources en eau potable du bassin versant sont abondantes mais très sensibles aux pollutions : plus de 40 captages sont considérés comme vulnérables, dont plus de la moitié au risque de pollution diffuse d’origine agricole (nitrates et pesticides). Les autres problématiques de qualité sont liées essentiellement au risque de pollution d’origine accidentelle (proximité de voiries ou de zones d’activités industrielles…), plus rarement à des origines diverses autres (pollution bactériologique…).

Parmi ces captages vulnérables, 6 ont été classés prioritaires par le SDAGE en 2009 (dont un au titre du Grenelle) puis 4 nouveaux captages ont été ajoutés dans le SDAGE 2016-2021.

Les gestionnaires d’eau potable sont par conséquent incités à mettre en œuvre un programme d’actions à l’échelle des aires d’alimentation pour améliorer durablement la qualité des eaux brutes prélevées sans qu’il ne soit nécessaire de les dépolluer ou de les diluer avec des eaux de meilleure qualité.

Afin d’optimiser les moyens d’animation, les différents gestionnaires de ces captages classés prioritaires et le SMABB se sont organisés pour mutualiser depuis mars 2014 deux postes de chargées de mission dédiés aux actions agricoles et non agricoles sur ces captages.

Les objectifs de cette animation sont multiples :

  • établir sur chacun des captages un diagnostic territorial : délimitation des aires d’alimentation, recensement des activités et des types de pression, diagnostic des pratiques agricoles et non agricoles, étude foncière… 
  • élaborer le programme d’actions et mettre en œuvre les mesures 
  • organiser le dialogue et la concertation entre l’ensemble des acteurs.